One day Road Trip

C’est l’histoire d’une journée radieuse, de routes lointaines et nouvelles, de chutes douloureuses ou impressionnantes, de rencontres, et de sensations fortes.

Il est 23h30, j’ai le genou et la cheville ronds comme des beaux melons et bleus/noirs comme le goudron que j’ai encore dans la plaie de la main. Je suis fourbu, éreinté, endolori, mais j’ai un putain de sourire qui m’illumine le visage et une lueur dans les yeux qui en disent long sur le déroulement de la journée…

Pour tout comprendre, faisons un petit retour en arrière, là où ça commence, à savoir, le coup de fil de Fab (aka Drazgul) lors de ma semaine de vacances qui me présente la chose de cette façon :

 » Si t’es off lundi prochain encore, pourquoi pas un p’tit roadtrip en Savoie pour tâter les routes que Franck a repérées???? »

Coup d’œil à ma douce et néanmoins chef de famille, elle lève les yeux au ciel mais acquiesce de façon compréhensive… Yes!

Lundi sera le jour du roadtrip savoyard ou ne sera pas…

Et Il fut…. et c’est peu dire…

Lundi matin, 10h, Fab se pointe à la maison pile poil à l’heure, un rapide bisous à toute la famille et nous sautons dans sa voiture direction le Casino d’à coté, non pas pour se faire un peu d’oseille mais plutôt pour trouver de quoi se sustenter pendant la journée…

Pain, jambon, rosette, boisson, chips…. Hop! Passage en caisse et retour à la voiture direction Saint-Jean de Maurienne d’où nous prendrons la route des Karellis, petite station familiale qui, selon notre aventurier des routes longboardistiques (Franck quoi), pourrait nous offrir de la pente, des épingles, le tout sur 11 km.

Arrivée sur la piste route, on se rend compte que c’est pas du tout comme Pipay… Grosse pente, gros tobogans juste avant les épingles (genre la route qui prend 6 mètres de dénivelés en 20 mètres d’un coup sur une cassure…) et bitume moyen à défoncé sur plusieurs portions assez longues et techniques..

Coté échappatoires.. ben y’en a pas bcp : le ravin peuplé d’arbres dont on ne voit que la cime du bord de la route (alors qu’ils sont dans le sol à 1 ou 2 mètres du bord de la route..),  grosse montagne de l’autre coté avec moultes rochers et glissières de sécurité en fer dans les épingles …. soit…

Au fur et à mesure que l’on monte, nos estomacs se serrent et les coeur s’accélèrent….

Arrivée sur le gros parking en bas de la station des Karellis, nous posons tout notre barda et commençons à enfiler les cuirs…

Arrivée sur les Karellis
Je ferai le premier run de repérage.

Cuir zippé, chaussures lacées, gants mis, masque et casque verrouillés… Ok…. je prends quelques instants pour faire le vide et ne penser qu’à ma descente, sur cette route inconnue, incertaine et bcp plus technique que Pipay… Le genre de moment à rendre humble même le plus tcharbé des bérets verts… wé monsieur…

Fab se place sur la route, j’inspire à fond, je suis zen et je balance la planche dans la pente, un pas, puis deux et je saute sur l’Evo, me positionne et le show  commence…

Première impression, la montée en voiture ne m’a pas permis de repérer les courbes, les enchainements et encore moins les épingles qui me sautent à la gueule tel le loup sur l’agneau imprudent…

Deuxième impression, p’tain, le gaz tire vers le bas !! J’ai beau freiner régulièrement à peine mon pied arrière reposé sur la planche que je prends 20 km/h en moins de 15 mètres.

Chaud!

Je souffle et reste zen, première épingle à droite, je laisse un peu aller, petite clem et je passe.. un peu à la Grok, mais je passe, je ressort presque immédiatement à 60km/h… Rhaaaa, drooooooooopfooot, y’a pas de honte, on connait pas la route et le bitume devient un peu dégueu…

Si dégueu à un moment que lors d’un freinage dans un enchaînement je ne vois pas la grosse tranchée en plein dans la bande centrale. Mauvais plan, je perd l’équilibre et je m’étale de toute ma hauteur (et de mon poids surtout) en plein milieu de la route…

La planche continue son petit bonhomme de chemin jusque sur le bas coté (coté montagne ouf!), je me relève.
Vives douleurs à la cheville, au talon et au genou gauche…. Je boite, c’est clair et ça va durer la journée… 😦

Fab prend le relais.

La route devient un peu meilleure comme nous arrivons dans un petit bled (Montrichet).

Un constat, effectivement, dès qu’il relâche le drop, il reprend 20 bornes à l’heure de mieux juste le temps de le dire… Impressionnant à notre niveau… Il se débrouille bien le bougre…
Passage dans le petit village dont les 4 dos d’âne doivent être pris à moins de 10km/h en voiture sous peine d’arracher l’avant ou de déboiter un cardan…

Fab sort du village, virage à gauche suivi d’un virage en aveugle (quasiment tous comme ça) à gauche encore qui déboule sur des enchainements qui nous laissent peu de place pour freiner…. Il ne freine pas d’ailleurs et enquille à plus 65km/h les enchainements qu’il découvre pourtant…

Il attend le bon moment pour poser un reverse……Qu’il fera par deux fois tellement il allait vite… il fini doucement contre le muret qui prévient de  l’entrée de l’épingle 50 mètres plus bas et moi je souffle dans la voiture d’avoir évité d’être le témoin d’une boite phénoménale vu la vitesse et la configuration de la route…

Le Fab remonte sur sa DH et enquille l’épingle en sortant un peu large car humide à l’ombre…. Il ressort de l’épingle à plus de 50 km/h et régule sa vitesse par quelques dropfoots appuyés avant d’arriver dans les autres enchainements..

Virage aveugle à droite assez serré, suivi d’un mini-bout droit qui replonge encore à droite avant de débouler sur une épingle serrée à gauche… petite clem de Fab (pourtant Goofy comme moi) qui passe le virage dans une totale maestria… P’tain, c’est beau à voir!!!

Il continue 100 mètres sur un gauche-droit rapide pour poser un reverse d’urgence…

Effectivement, ça va trop vite. Le reverse en sera, encore une fois, un double mais la planche ne revient pas complètement au deuxième et taille perpendiculairement la route droit vers… le ravin…

Je pile et je vois le Fab s’envoler littéralement dans le gaz et j’entends les branches des arbres auxquelles il s’accroche souffrir de l’arrivée brutale d’un nouvel habitant de la forêt…

Je vois la cime de l’arbre bouger et le temps de poser la voiture plus proprement au bord de la route en gueulant « Faaab??? Faaab !!!!  » que je vois une board qui saute du ravin sur le bas-coté et  un casque noir apparaître accompagné d’un rire amusé « genre, tiens, là c’était moins une qd même mais c’était rigolo »…

Le pire c’est que le gars a des réflexes de la mort-qui-tue en ayant pris soin tout en s’envolant dans le vide vers les arbres, de choper sa board au vol… Sinon, s’en eut été fini de la DH, impossible à aller chercher dans la pente…

Ni une, ni deux, le Drazgul s’époussette les épaules des morceaux de sapins, saute sur la planche et repart de plus belle…

Chaud! Chaud! Chaud!

Encore une épingle à droite puis enchaînements très rapides sur lesquels on freine vraiment ne serait-ce que pour se stabiliser avant d’encaper une dernière épingle serrée à gauche qui nous fait aussi le coup, comme la précédente, du gauche-droite-épingle à gauche le tout avec de la pente…

On décide de ne pas descendre plus bas, la route redevenant plus défoncée comme sur la première partie…

Qu’à cela ne tienne, nous avons trouvé notre portion : 4,5 km de route technique et pleine de gaz…..

On remonte au village de Montrichet et c’est mon tour… J’ai le genou et la cheville en feu, mais on s’est pas tapé 1h15 de route pour venir faire les fillettes un jour de roadtrip…..

Je saute sur la planche  : Go!

La plaie au genou m’arrache un cri de douleur autant que de surprise lors de la première épingle  à gauche qui lance notre arrivée dans le village mais ça tiendra jusqu’au repas..

Enchaînements, je freine bcp, s’agirait pas de finir comme Fab dans le ravin 🙂

Première épingle : je laisse aller et je place mon premier gros reverse depuis des lustres (depuis le moment où je me suis rendu compte que j’achetais des roues presque aussi souvent qu’une baguette de pain…. ) je passe l’épingle à bonne vitesse, plutôt content de moi..

Deuxième épingle à gauche, je sors du virage aveugle à droite la précédent et balance mon reverse backside pour enchainer sur ce virage frontside (gauche pour les goofy hein).. Rhaaa, ça passe, c’est jouissif!

Je passe le reste de mes descentes à effectuer ce genre de manips qui se font en réfléchissant de moins en moins…

Nous alternons les descentes avec un Fab qui mastérise les clems en entrée d’épingle.

13h : pause déjeuner…

On se pose sur la petite placette du village et j’enlève mon cuir pour me confectionner un pansement sur la plaie de mon genou et me désinfecter.

Le pique-nique se passera au rythme des voitures de touristes qui laissent toutes un peu de bas de carrosserie sur le premier dos d’âne de la descente, accompagnées, bien évidemment, des rires gras et à peine moqueurs de vos deux serviteurs…. Hu Hu Hu…

C »est pas tout ça, mais le temps passe et on a encore une autre route à aller checker avant de partir… On décide tout de même d’en refaire quelques une sur cette portion que nous commençons à connaître et dans laquelle on se permet même de moins freiner…

Fab passe le premier.. il remonte à pied jusqu’à la première épingle pour s’échauffer et je l’attends pile à hauteur du premier dos d’âne, celui-là même qui nous a bien fait rigoler en mangeant…

Il arrive… comme une balle, sors de l’épingle gauche, courbe à droite et il décolle sur le premier dos d’âne en y passant à Mach II au moins… P’tain, et dire qu’il y en a 3 autres comme ça avant la sortie du village… Heureusement, quasiment personne dans les rues cette journée durant.. pas vraiment touristique sûrement Montrichet..:)

Fab passe les enchaînements et les épingles à bon renforts de clems et de dropfoots… Il est super propre et le rythme augmente.. Petite boulette dans un enchaînement qu’il tente de réguler en reverse qui finit dans le talus, les 4 fers en l’air et le bas du dos atterrissant sur un gros rocher… Même pas mal, il repart en souriant, pourtant, je vous jure que de derrière, dans la voiture, c’était assez impressionnant…

Mon tour, mon genou et ma cheville ont du mal à se réchauffer mais ça le fait…

Le dernier tour de Fab.. une voiture nous suit et me colle au pare-choc, ne comprenant sans doute pas pourquoi je roule en freinant souvent et avec les warnings… je me déporte sur la gauche pour qu’elle puisse voir Fab alors qu’il encape une épingle à droite dans un plus pur style. La conductrice a compris, et prend du recul.. Cool…

Dernière épingle… Fab est un peu optimiste sur ce coup là, et ne tente même pas une clem avant d’entrer dans le virage… Il sort.. Large, droit sous la glissière de sécurité.. les jambes passent mais pas le haut du corps… Blang !

Le contact est un peu brutal… J’avais anticipé cette éventualité et pris de recul. Je me pose sur le coté et fais signe à la conductrice qu’elle peut nous doubler maintenant.. la femme me passe en me faisant coucou et s’arrête voir Fab qui s’extrait de la glissière de sécurité… « C’est barjo ce que vous faîtes, mais c’est super joli!!! » et de repartir dans un dernier mouvement de la main.. 🙂

Cool et ça confirme ce que je pensais : le Fab a du style…

15h… on décide de bouger vers la route « des 50 épingles » que Franck a repérée  quelques mois plus tôt…

15h15 nous y sommes et nous découvrons une route super étroite dans laquelle deux voitures peuvent à peine se croiser et surtout gravillonnée à coup de seau sur 80 % de sa longueur..

Inridable et trop dangereuse surtout..

Ni une, ni deux, on décide de repartir sur Pipay pour mettre en application ce qu’on a travaillé sur cette portion technique toute la matinée et une bonne partie de l’après-midi..
Coup de fil à Alain (AigleNoir) qui justement est avec des gars de L’URAR et des touristes de bordeaux. Rendez-vous est pris à 17h à Pipay…

Le temps pour nous de faire le plein et de rentrer toutes pompes sur Grenoble pour monter à Pipay…

« On se change qd même nan??? (le fab)  Nan ! Nan!!! Pas de temps à perdre!!!! On garde les cuirs, on s’ra prêt à rider qd on arrivera….« …
Le plein à Saint-Jean de Maurienne
Z’auriez dû voir le regard des touristes en short et sandales à la station service quand nous sommes descendus de la voiture, Fab pour faire le plein et moi pour faire la photo… 🙂

1h plus tard, nous sommes déjà en train de monter sur Pipay….

Alain accompagné de Greg de l’URAR , de Boris et Casper ne sont pas encore là, pas de pb, on s’en fait une à deux.. 1h de bagnole a permis à mon genou et à ma cheville de refroidir… et c’est non sans mal que je m’extraie de la voiture pour sortir les planches du coffre….

Nous descendons… Impossible pour moi de tenir la position de schuss, la plaie de mon genou appuyant trop fortement sur le cuir… Pas grave, ce seront des descentes smooth….

Arrivés en bas de la première partie… on appelle Alain pour savoir où il en est car la voiture est 7 km plus haut…. Répondeur…. Gloups….

Finalement, il était en train d’arriver et nous prend au passage… Ouf!!!

Présentations effectuées, les cuirs sont mis et les planche à roulettes (hu hu) posées sur la route…
Boitant de plus de plus, je conduis pour cette fois ce qui permet à Alain de poser les fesses sur son butt  supersonique et de filer comme le vent sur le bas de la première partie…

ça descend bien, ça carve méchamment et c’est très beau à voir… Casper qui ferme la marche maîtrise les powerslides d’une façon tout naturelle… Joli à voir en entrée d’épingle!!

Je refais une descente avec nos compagnons du jour mais je sens que ce sera presque la dernière..j’ai la jambe en feu..

L’après-midi se poursuit au rythme des descentes que j’essaie de filmer tout en conduisant la voiture d’Alain…

Dernière descente.. Fab et moi redescendons, cuits, en voiture. Je filme grâce à l’appareil photo de Fab.

Encore une fois Casper ferme la marche dans son style de carve mêlant puissance et classe…

Le rythme a augmenté et les copains, mine de rien, se tirent la bourre…

Première épingle à gauche, tout le monde passe à l’aise et repart plein schuss pour cette portion assez droite qui prend du gaz….

Casper a le menton dans le genou et prend rapidement de la vitesse…. Il se relève, amorce le carve qui d’un coup se traduit par une violente embardée à droite, puis à gauche pour éjecter le rider tout de bleu vêtu dans les airs… 15 mètres, 3 roulades sur la tête, des pompes en perdition dans le bas-coté, voilà le Casper complètement assommé étendu au milieu de la route…. ( vers les 5 min sur la vidéo)

E-N-O-R-M-E !!!!!!

Un putain de wobble et une chute d’une rare violence…

La soirée se terminera là pour tous et Casper en sera quitte pour un petit voyage aux urgences parce que là qd même il ne s’en remet pas si facilement..

Pendant qu’il retrouve ses esprits, nous sommes rejoints par Paraplégic lugeur, venu nous faire un p’tit coucou… Il en profitera pour en faire qd même une…

Fab et moi décidons de le filmer…

Première constatation, le personnage donne une image d’un mec posé et calme en complet décalage avec son rythme de ride…

Le Salaud….

Plus de 70km/h en entrée d’épingle, des freinages plus que tardifs et des trajectoires taillées dans du Wilkinson premier choix… Plus de 90km/h dans le schuss final… Fab a dû se cracher dans les pognes en voiture pour me permettre de le filmer un tant soit peu correctement…

Retour à la casa pour une binch’ bien méritée… je boite à mort, plus ça refroidit plus j’en bave mais je me console en me disant qu’il y en a qui en bave sûrement plus que moi à l’heure qu’il est, aux urgence de Grenoble.

Le cuir est encore chaud, les roues ont perdue quelques millimètres d’épaisseurs et je n’ai qu’une envie.. de remettre ça!!!

23h45, douché.. j’éteins la lumière et je file me coucher….

RoadTrip….ça c’est fait!


jere


Retour sur Pipay

Fab 1- Jere 0

http://www.youtube.com/v/XhLaQufVgS8&hl=fr&fs=1

Publicités
Cet article, publié dans Downhill, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour One day Road Trip

  1. Girafe dit :

    Aï Aï Aï la mega boitasse !!!!
    Comment il va ? vous avez des news ??

    Jolie video ;o)
    La partie en Maurienne (Savoie) c’est pas trésloing de chez ma copine ou je passe mes week-end en ce moment :o)

    Bien jouer les potos ;o)

  2. jereerej dit :

    Salut Girafe!

    Effectivement, grosse, grosse déboite de la part de Casper..

    A priori, rien que de bonnes contusions et un très gros choc mais pas de trauma…

    Impressionnant à voir en étant juste derrière.


    jere

  3. Drazgul dit :

    excellent report mec!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s