Espigoulier – plein les yeux, plein les jambes!

Pffff

Il y a tant à dire sur ce dimanche 7 décembre que je ne sais pas par où commencer…

Et puis si tiens! Puisque le début est difficile à trouver, autant commencer par la fin et, par la même occasion amorcer une épanadiplose du meilleur goût.

La fin, c’est ça :

Plage1

Deux landys sur la plage de la Ciotat, les roues encore chaudes malgré les 6 petits degrés qui peinent à réchauffer ce dimanche de décembre.

Parce que wé, dans le sud, on avait dit qu’on irait et dans le sud, nous fumes!

13

Ne vous y méprenez pas, ce signe affectueux de Drazgul n’est pas adressé aux sympathiques locaux que nous avons rencontré ce jour-là (j’y reviendrai), mais plutôt à ceux qui sont restés chez nous, dans les montagnes aux routes humides, persuadés qu’ils étaient de pouvoir rider dans la région…

Huhuhu…

Mais revenons-en à nos moutons et voici le commencement de dimanche là…

4h 15.. le radio réveil n’aura pas le temps de sonner deux fois que déjà, je suis debout, direction la douche et un bon gros bol de café. Le sac est prêt, la board lavée et les roulements nettoyés depuis la veille…

5h.. je rejoins Fab (aka Drazgul) dans Grenoble, lieu de départ de notre road trip du jour j’ai nommé :

ESPIGOULIER !!!

heure

5h30, la musique balance son punckrock bien rythmé au travers de l’autoradio.

Malgré le fait d’avoir passé une courte nuit à cause de l’excitation du départ qui ne nous a pas permis de dormir plus de 4h, J’ai l’impression d’avoir bu 4 redbull tellement l’ambiance dans la voiture est survoltée..

voiture

Pas rancuniers, nous décidons de faire profiter nos potes de notre bonheur en les appelant à 5h30..

Impressionnés par Pommy et Girafe qui répondent plus qu’à moitié endormis un dimanche matin à cette heure là …

Désolés pour vos oreilles les gars.. Seul Pauca a eu la présence d’esprit de pas dormir la tête sur son téléphone ce matin là… 🙂

Brèfle, une heure et demie plus tard, ô joie :

panneau

Marseille n’est plus très loin, du coup, le col de l’Espigoulier encore moins vu que notre destination c’est Gémenos, à coté du circuit du Castellet.

7h15, le jour se lève et nous laisse présager une journée radieuse comme les grenoblois n’en n’ont pas connu depuis au moins 2 semaines…

jour

7h40, nous arrivons à Gémenos direction un café pour prendre le temps de manger croissants et boire café bien mérités parce qu’on le vaut bien!

Discussion avec les locaux du bar déjà à leur deuxième bouteille de rosé (!!!) et qui nous confirment que l’Espi (son p’tit nom) sera sûrement sec…

Olé!

On règle le café puis on repart direction ce fameux col.

8h… Grandiose… le paysage nous prend à la gorge alors que le jour se lève… pas chaud encore mais dès que le soleil sera là, ça sera sûrement plus confortable. (cliquez pour une vue plus grande)

panorama

8h30… C’est Fab qui se lancera pour la toute première..

Echauffés, habillés, la déconnade fait place à la concentration..

J’adore ces instants, presque solennels, où on s’équipe, s’échauffe avec, en tête déjà, la route, les courbes, les épingles, les freinages que l’on tente d’imaginer, d’anticiper, de mémoriser..

fab

Puis c’est parti!

epingle

Un beau premier run!
Propre, plutôt rapide et très stylé.. Le drazgul a pris une monstre assurance depuis nos rides à Laval..

On remonte, le sourire à ses lèvres ne partira pas de la journée..

Mon tour…

jere

Un jour, je finirai bien par comprendre que le premier run ne se fait pas à fond…

La première épingle m’a rappelé à l’ordre aussi vite qu’elle m’a sauté à la gueule (pardonnez l’expression).. Grooos reverse d’urgence, je récupère le tout en rebalançant la planche dans la courbe..

Presque on aurait pu dire que ça avait été prévu exprès.. mais ça n’a pas abusé Fab derrière qui me fait signe de calmer le jeu..

Ok mec.. message reçu 5/5.. sauf que ces enchaînements là, je les sens bien « fond de six »…
Oui.. Mais non.. pas tout de suite.. rentré comme une balle dans le premier « droit » des enchaînements », j’ai à peine le temps de tout balancer à gauche pour le virage suivant que déjà la route se fait la malle de nouveau à droite… P’tain.. On a dit, on y va cool bordel!!!

jere2

Nous enchaînons les runs alors que nous sommes rejoints par une tante de mon épouse qui habite à Gemenos..

Coincidence, c’est à cause de leur voiture que sur un run, Fab a dû écarter sa traj en s’efforçant de ne pas passer à la corde et, du coup, de sortir un peu large, dans le bas coté.. Tellement rapide que malgré les cailloux qui volaient dans tous les sens, le Dragul ne s’est pas démonté et a ramené sa planche (et lui dessus) sur la route pour terminer la descente comme elle avait commencé : à balle!

(la photo, juste après cet « incident »…)

fab2

Avant la pause déjeuner, nous remarquons dans les derniers runs du matin, une équipe de journalistes motos allemands venus « shooter » les prochains modèles de sportives anglaises et allemandes dans la première épingle droite…

Remontés comme on était, nous n’avons pas hésiter à s’arrêter et demander au photographe s’il acceptait de nous photographier avec les motos dans l’épingle..

Alors qu’on pensait faire qu’un passage, c’est 6 que nous ferons avec les motos à nos basques, chaque remontée nous gratifiant d’un tour de manège gratuit en passager des machines et de beaux wheelings en ce qui me concerne exécutés par mon pilote d’un jour…

Enorme!

Malgré le fait que je me suis planté de mail lorsque je lui ai donné nos coordonnées, j’espère bien pouvoir récupérer ces photos car le photographe nous a montré un peu ce que ça avait donné et c’était du bon!!

A noter, deux passages où ils nous ont demandé de nous tenir par la main pour passer l’épingle à balle..

Impressionnant!

Sur la photo, nous et nos païlotes..

motos

13h..

Les jambes commencent un peu à nous cuire et nos estomacs à réclamer famine..

Soit, nous redescendons à Gémenos pour une petite bière désaltérante et en pensant bien à acheter de l’eau, chose qui nous a fait un peu défaut dans la matinée…

14h, nous remontons au col pour manger et alors que l’on attaque à belles dents nos sandwichs, JC, un des riders locaux, arrive et se présente..

Profitant de notre pause, il part s’enquiller la descente « à la cool » en carving sur une grosse Blackkross pintail qui déchire…

14h20, fin de repas et JC remonte dans la voiture de Pi-Air (Pierre à droite de Fab sur la photo) que j’avais déjà entre-aperçu lors du Chuyer Gold Trophy fin août..

Photo famille

(notez la bienséance du rider local qui pense à s’abaisser pour la photo afin de ne pas (trop) me faire passer pour un nain au milieu de géants..) 🙂

Une fois les présentations d’usage effectuées, nous reprenons les runs.. et là.. les locaux nous montrent la voie… au point que Fab ne freine plus du tout à l’approche de la première épingle et, alors que je le vois déjà encastré dans le mur, le voilà qui ressort de l’épingle à pleine vitesse … encore aujourd’hui, je me demande comment il a fait pour réitérer, sur les runs suivants, ce passage top-moumoutte…

(ici sur la photo, Fab s’apprêtant à passer taquet un grand gauche qui se referme en aveugle)

Fab3

La sortie de ce virage, un long schuss qui déboule sur une épingle à droite :

jere4

16h… nos jambes crient pitié et c’est avec regret que nous devons arrêter..

Nous suivrons une dernière descente de Pierre et JC, l’un sur une « slalomette » (une SC8 de descente taillée en mode slalom, très courte, petits trucks) et l’autre sur sa Blackkross 140 pintail…

Une descente irréelle à voir pour nous..

cruising

Après les traditionnels au-revoir-merci et la promesse de revenir rider ce spot magnifique, nous quittons nos hôtes pour filer directement direction… LA PLAGE!!!!

Hop, 20 min plus tard, nous voici à La Ciotat, sur la plage, en tenue de combat..

Fab5

et plein d’images dans la tête..

jere6

Mais, comme les ours ne descendent que rarement de leur montagne, et que la mer n’est pas non plus leur domaine de prédilection, il était normal, malgré le soleil couchant et la température extérieure frôlant à peine les 6°c, qu’ils profitent de la mer tel le touriste moyen qui s’extasie dès qu’il voit la grande bleu..

Si..

jere7

on a même fait joujou avec les vagues…

Fab9

Chacun son tour…

Fab10

« OoooOOOHHH, des vagues!! »

Fab11

Secs (presque), réchauffés (à peu près), nous tournons le dos (mais ce n’est que partie remise) à ce sud si salvateur pour le rideur en manque en se promettant bien de revenir y déposer nos roues et c’est vers 21h30 que nous arriverons, fourbus, dans nos grottes respectives avec, dans les yeux cette petite étincelle qui nous fait dire que nous avons bien mis à profit, en ce dimanche de décembre, notre « capital minute » qui nous est alloué dès la naissance…

Et pour finir cet article comme il a commencé (sinon l’épanadiplose ne serait pas) laissons place aux deux ours, côte à côte, sur la sable de la plage…

Plage2

(pour plus de photos en meilleures def, n’hésitez pas à visiter notre flickr!!)

Publicités
Cet article a été publié dans Downhill. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Espigoulier – plein les yeux, plein les jambes!

  1. Drazgul dit :

    (bave a la levre) ENNNNNNNcooooooore!!!!!!!!!

  2. Anonyme(héhéhé) dit :

    bof à chier….

  3. Girafe dit :

    Pffffff j’aurais du viendre

    ps: a 5h00 j’ai crue que c’était mon réveil et j’ai répondu juste par simple réflexe « Enfluressss »

    En tout cas sa donne envie ;o)

  4. jereerej dit :

    @ Anonyme(héhéhé) : Pauca.. on t’a reconnu… 🙂

    @ Girafe : huhuhu… Prochaine fois, tu fais partie du voyage!! 🙂


    jere

  5. Drazgul dit :

    ce n’est que parti remise ma Girafe/Le prochain coup fait confiance au flairs des ours!!
    @ l’anonyme assume tes choix!hihi!!

  6. Marylin dit :

    yoplà 🙂
    @jere, excellent article, ça fait envie
    à quand un run en Corse ? L’eau y est moins froide, même en hiver, les routes plus sinueuses, le seul truc c’est qu’il faut faire gaffe aux vaches et aux sangliers qui déboulent sans prévenir…puis faut gouter la Pietra !
    ++

  7. jereerej dit :

    Félicitations Marylin !!

    Tu es la première personne « non longboardeuse » à visiter ce blog 🙂 🙂

    Pour être allé en Corse il y a quelques temps, j’ai souvenir, il est vrai de routes très tentantes effectivement!!

    Par contre, ce que tu dis pour les sangliers et vrai également.. j’imagine bien une rencontre fortuite en pleine épingle avec une famille de suidés.. wha!!

    Et puis, rien que pour la Pietra, il faudra bien que la Familia y organise une virée

    hu hu hu..

    merci pour ce commentaire très sympathique!!

    Attention à ce que vous écrivez vous autres, le monde vous regarde maintenant!! 🙂


    jere

  8. Drazgul dit :

    Eurhueum!eurheum!….merci Marylin…j’y passerai un de ce 4 car j’ai mon meilleur ami qui y habite.

  9. Marylin dit :

    io
    @Drazgul, previens moi à l’avance que j’fasse le stock de bières 🙂
    @Jere, hey hey très honorée d’être la première 😀 en espèrant surtout ne pas être la dernière !
    Bonne soirée à tous
    Marylin

  10. JC (roukmout syle) dit :

    C’était carrément bien cool de vous voir ce Dimanche!!!!
    Magnifique topo pour faire baver les collègues réstés sous la couette…
    La prochaine, on vous amène le Janot !

  11. jereerej dit :

    > La prochaine, on vous amène le Janot !

    Euh… c’est le digestif local???? 🙂


    jere

  12. JC (roukmout syle) dit :

    Ouais!
    Mais pas que Digeo!
    Avant, pendant et apres le repas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s