Roulez petites..euh..roues.

Quand j’étais gamin, j’voulais être pilote d’essai, pousser des avions de chasse jusque dans leur dernier retranchement, leur faire cracher les poumons et sentir le roussi..

On est con hein quand on est gamin…

Remarquez, même si les avions n’ont pas voulu de moi (en même temps, chuis pas allé leur demander hein..), et bien, des fois, sur une planche à roulette, j’ai un peu l’impression de faire ce que, gamin, je rêvais d’éprouver.. D’ailleurs, parfois, j’ai le sentiment d’y parvenir quand, la tête dans un talus, un de mes compères passe et me dit :

« bah alors??  » et là, je réponds :

« Wé mais nan, c’était pour essayer.. »

Comme quoi, on est toujours rattrapé par ses rêves de gosse.

Enfin brèfle, là où je voulais en venir, c’est que, malgré le fait, que je ne suis toujours pas pilote d’essai, je me suis dis que quitte à tenir un blog à peu prêt régulièrement, je pouvais y ouvrir ma gueule et dire ce que j’avais à dire si tant est que ça intéresse quelqu’un.

Alors voilà, aujourd’hui, pas de compte-rendu de sessions DH de bouchers, non, aujourd’hui, je parle MATOS.
Wé! Et plus précisément de roues, car je commence à en avoir un petit paquet accumulé depuis le début de ma courte vie de longboardeur (et fier de l’être!!).
Humm.

Quiver roues
(en fait, ça fait ridicule comme ça, mais si j’avais posé leurs soeurs à toutes, ben, ça aurait mis du bordel sur la table..)

Donc voilà mes impressions de ride, mes conclusions (à deux balles) sur les différentes roues que je vais vous présenter ci-dessous.
Note : je ne vais vous parler que des roues que j’ai testées en DH et non pas sur l’autre truc informe qui me sert de planche occasionnelle avec des roues plus « normales ».

En ce qui concerne les conditions de tests, toutes (à part les Big Zigs) ont pu être testées sur le même spot, plusieurs fois d’affilée. Ce spot, c’est Pipay qui se trouve à (à peine) 25 min de chez moi, au dessus de mes fenêtres… 9 km de schuss, épingles, enfilades… de quoi mettre les roues à rudes épreuves.. 🙂

Gumballs
ABEC11 – Gumballs – 78a

On commence par mes premières roues de DH, livrées il y a un an presque tout juste avec mon missile sol-sol à savoir mon Evo de chez Landyachtz.

Caractéristiques : 76mm pour 52mm de large
Durabilité : Assez bonne pour un style « bucheron »
Commentaires : mes premières « vraies » roues de DH, du coup, je n’avais pas encore assez d’éléments de comparaison. Mais bon, par rapport aux autres roues dont je ne parlerai pas ici, rien à voir.

Accroche monstrueuse, décrochement sain et un bon confort de ride. Petit reproche, une très nette tendance à conifier dès qu’on a passé un certain degré d’usure. A partir de ce moment là, tout va très vite. J’ai dû les changer car, elle ne tenait plus le choc en épingle, rendaient la planche incertaine et avaient perdu une bonne part de leur confort de roulement (et de leur vitesse).

NoName

NoName – ? – duro?

Caractéristiques : 75mm pour 45mm de large (dont surface de roulement : 35mm)
Durabilité : Très bonne, car très peu ridées…en fait pas si bonne que ça.
Commentaires : En remplacement de mes toutes premières roues qui avaient fondues sur Pipay (si, si), j’avais, dans la précipitation et l’ignorance du p’tit jeune qui débute (y’a 1 an quoi), trouvé ce set de roues improbable dans un shop qui était incapable de me dire ce que c’était et à quel duro j’avais à faire.. Moi qui croyais avoir trouvé des (de plus en plus rares) Krypto bleues, j’ai eu un succédané inbuvable…
Brèfle, des roues très dures, très bon roulement (forcément) mais une accroche digne d’un pneu slick froid sur le mouillé et malgré tout ça, une nette tendance à conifier dès qu’on les brutalise un peu.
Pas du tout le bon set à monter sur une pendulaire, ni même sur aucune board de descente je crois bien..

NoWave
NoWave – RoadBurner – 80a
On enchaîne sur les RoadBurner de chez NoWave, petite marque française qui a la particularité de sortir des planches à la couleur orange si chère à … Enfin bon..

Caractéristiques : 80mm pour 50 mm de large (surface de roulement : 45mm)
Durabilité : euh.. j’en parlerai ci-après
Commentaires : Fières « vraies » remplaçantes des Gumballs, les NoWave m’ont séduit par leur prix déjà puis par leurs caractéristiques sur papier : larges, et hautes..
Je me souviens quand je les placées sur mon Evo (enfin quand on me les a placées.. merci Fab qui m’a, par la même occasion, montré comment enlever et mettre des roulements dans une roue..), c’était à la fin de l’OpenRide organisé par nos copains lyonnais (Salut à vous!!).

Passant des vertes Gumballs, douces, accrocheuses, les premiers tests m’ont paru rouler avec des roues en pierre tellement elles me paraissaient dures… En effet, si vous jetez un oeil à l’épaisseur de gomme autour de la jante, on comprend mieux..
Premier vrai test de ces roues à Pipay, notre laboratoire, pour une première descente de déglaçage sur 9km… Et là, les roues se transforment. Bien que toujours très bruyantes, la gomme une fois « rodée » se révèle très accrocheuse et, bonne surprise, s’use assez régulièrement malgré les entrées d’épingles en mode « sauvage » et les clems appuyées qu’elles subissent durant les premières descentes..
Mais, car il y a un mais : un week-end plus tard, rendez-vous à Chuyer avec nos compères lyonnais (encore eux..) et là, grosse déconvenue : je n’avance pas, j’ai l’impression de rouler sur de la tôle et une de mes roues « brûle » (photo, la roue à plat) de façon plutôt étrange alors qu’il n’y a aucun reverse à l’horizon…

Après oscultation de la dite-roue, je m’aperçois qu’elle se décolle de la jante. J’arrive, grâce à la gentillesse d’un des représentants de Nowave sur le forum national (Riderz, NDLR), à obtenir une roue de remplacement (une bleue huhu). Mais malheureusement, après un run à Pipay plus tard, alors que j’arrive au terme des 9km, une autre des roues décide lâchement d’abandonner sa jante alors que je termine le schuss final de la dernière partie… Drôle d’impression…
Après en avoir parlé avec le représentant, celui-ci m’a fait part que le domaine d’usage de la roue était plus de l’initiation au DH que du tirage de bourre répété sur 9km d’affilée.

landy

Landyachtz – Hawgs (Centrées) – 80a


Caractéristiques :
77mm pour 50 mm de large
Durabilité : nulle
Commentaire :
Bien décidé à ne pas me laisser aller, j’optais alors pour de la roue canadienne.
Planche Landy avec roues Landy, centrées qui plus est, je pensais avoir trouvé le set de roues qui convient parfaitement à de la descente d’ours, tout en finesse (d’ours). Aussi, je craquai pour les Landyachtz Hawgs centrées qui me permettraient de tourner dans n’importe quel sens ces roues translucides pour les faire durer, encore et encore.
Première descente sur Pipay. « On y va cool hein.. ».. arrivés en bas, en sueur, le palpitant à 180 par qu’on s’est quand même tiré la bourre, je m’aperçois avec une horreur non feinte que ma roue avant droite (celle qui morfle le plus en épingle chez moi) est non seulement déglacée mais bien conifiée!!
Joli pour une roue neuve!!!
Et s’en suit alors, à chaque run, un échange/retournement des roues si bien qu’à la fin de la journée, j’avais un set de roues neuves uniformément conifié… à peine 50 km de ride…
Deux trips solos à Chuyer et quelques vadrouilles plus tard dans nos environs auront raison de mon jeu de roues de bucherons, en effet, un dernier run sur Pipay a tiré la sonnette d’alarme en faisant fondre le noyau centré d’une des roues et en brûlant, par l’intérieur, la gomme autour… paradoxalement les roues les moins résistantes de toutes celles que j’avais ridé jusque là. (A noter que sur la photo, la partie visible de la roue indique 77 mm, et bien entre le 7 de 77 et le A de 80a, il ne reste que 70mm, imaginez la tête de la roue de l’autre coté… et c’est pas la pire)

Earthwings

Earthwings – Superballs – 82a

Caractéristiques : 76mm pour 63 mm de large (dont surface de roulement : 60mm, paye ton camion)
Durabilité : nulle
Commentaire : Là, c’est du lourd.. Désarçonné par mon expérience Landy, je m’orientai alors vers du lourd, du gros, du large, du matos capable de supporter mon style de ride me disais-je à l’époque (un jour, promis, j’irais voir un psy, Freud, tout ça quoi..).

Ces roues super larges, noires comme l’âme d’un serial-killer allaient être la solution miracle.
Premier run sur Pipay (encore).. Premier schuss avant la première épingle, les Earthwings collent au parquet et sifflent leur accroche phénoménale dûe en partie à leur largeur.. Yes!
9km plus bas, je me rends compte, sous les golibets de mes compères compatissants que j’ai perdu un bout de ma roue avant droite (toujours la même) la grosse lèvre de la roue n’ayant pas supporté les entrées en clems des épingles à droite… Un deuxième coup d’oeil me permet de remarquer une amorce de conification… En résumé, ces roues auront tenu la session de Pipay ce jour-là et le Chuyer Gold Trophy pour finir conifiées au possible avec des morceaux en moins..

BigZigs

Abec11 – Retro BigZigs – 80a

Caractéristiques : 75mm pour 57 mm de large
Durabilité : excellente
Commentaire : J’ai craqué… Au Chuyer Gold Trophy, j’ai craqué… Mes « noires » encore fumantes des runs de la journée, j’ai craqué pour un jeu de BigZigs vertes…

Pas eu le temps de l’essayer que je m’envolais pour l’Algérie pour pratiquement un mois laissant à Fab le soin de refaire un nouveau visage à ma board et, par la même occasion, de lui greffer les Bigzigs…
Les premiers runs ont été réalisés en terre inconnue : Izoard…
Rapidement, sur ce spot inconnu, j’ai senti qu’on pouvait tout lâcher tant on a la sensation de rouler avec du scotch doublé de moquette pour le confort de ride… La board s’est transformée : ce n’est plus une planche, c’est un rail, une loco qui va là où les roues se posent et qui file, qui file…
En contrepartie, oui, les déclenchements de clems ou reverses se font plus secs mais quel plaisir au contraire, d’avoir des roues qui décrochent quand on le leur dit et qui raccrochent dès qu’on les laisse à peine souffler..
Depuis septembre et Izoard, beaucoup de sessions se sont déroulées (certaines contées ici même 🙂 ) et malgré le même style de ride, j’entame à peine une légère conification du jeu… Toujours la même accroche, le même roulement, et cette sensation d’accroche phénoménale en sachant conserver cette rapidité de relance et de vitesse…
C’est bien simple : je roule avec le même jeu depuis septembre, j’en ai racheté un (photo) en prévision des freerides et compet auquel nous comptons aller et je viens d’en recommander un, pour le stock, au cas où…

Voilà… c’est fini.. je pense pas vous avoir appris grand chose, c’était surtout un témoignage sur ma quête de la roue parfaite pour moi et ma board (wé, on est potes dans la vie..)


jere

Publicités
Cet article a été publié dans Matos. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Roulez petites..euh..roues.

  1. Drazgul dit :

    Enormes mon poto!! Faut que je fasse la même chose pour les gps et les bigs

  2. Girafe dit :

    Joli résumé papa ours ;o)

  3. Bevilacqua dit :

    Yo l’ours !
    Un excellent article sur un sujet que j’adore: pas le DH (restons modeste) mais les roues , et surtout pas de la théorie, du vécu.
    Une question préalable, qui traduit bien la nature cyber-distante de nos relations: combien pèses-tu tout équipé ?
    Je note que ta planche, si c’est l’EVO bois, n’est pas particulièrement légère, d’où une usure prématurée de tes roues.
    Tes roues: tu as cherché, tu as trouvé le Graal avec les Big Zigs, MAIS … tu as contourné la bonne krypto juteuse (la 70) et la grâce de la vraie 80 ou 85 bleue, qui laisse sur le sol un trait de craie d’art inimitable. Je me doute que tu as du déjà essayer, mais comme dans les flippers ou jeux video éducatifs, je dirais « essaye encore ».
    Tu n’as pas évoqué la galaxie Seismic: encore de belles découvertes à faire.
    De mon côté je commence à regarder les roues Radar, Hyper, Labeda … on verra si c’est adapté au longboard générique (pas de DH pour moi).

    NB: je découvre que je suis un « incontournable du old school » – si tu le dis, probablement, mais un peu à mon insu … Merdalor ! ça sonne un peu « vieux con » à mes oreilles, il va falloir revoir ma ligne éditoriale … mais peut être qu’après tout on ne se refait pas.

    Merci pour cet article, c’est un plaisir de te lire !
    A+

  4. Maz dit :

    Whaou! la classe! ça c’est du test!

    Continuez!

  5. jere dit :

    @ Bevilacqua : huhu.. j’adore tes commentaires !
    Bon, la question qui fâche : oui, tout habillé de mes..euh..muscles.. je tape déjà dans le 80 kg, plus un cuir de 7,5kg sur le dos et une board de 5 kg, ça comme à faire pour l’uréthane qui fait tout le boulot..:)

    J’en ai pas parlé, mais j’ai essayé des Kryptos bleues (prêtées lorsque mes hawgs ont fondu à Pipay) et certainement une des meilleures roues jamais ridées.. Confortables, glisse régulière, saine et sans surprise..
    J’ai aussi essayé un jeu de GPS (grâcieusement prêté par Pauca le temps que mes Earthwings arrivent), grosses, très bonne accroche mais un peu lourdes (3 roulements, plus les jantes), par contre très résistantes malgré les grandes traces jaunes/vertes (c’était des protos non pigmentés en noir) des clems furieuses des entrées d’épingles..

    Effectivement, pas encore tenté la « galaxie Seismic », j’avoue que j’ai beaucoup hésité entre les bigzigs et celles-ci de même catégorie.. Sûrement un jour, mon âme de pilote d’essai m’obligeant à faire le pas.. 🙂

    @Maz : ‘arci mec!

  6. super retour sur toutes ces roues!!! Bravo et merci papa ours 😉

  7. Bevilacqua dit :

    tu es à l’honneur ici:
    http://sakaroule.blogspot.com/2009/02/si-y-bon-di-y-bon.html
    Rendons à César ce qui est à César, c’est à dire ses lauriers.

  8. Bevilacqua dit :

    J’ai utilisé régulièrement l’équivalent des K 70 bleues , en l’occurence des roues Bravo fabriquées pour les Freeboard: 82A, pas de couleur type (j’ai des rouges vif, j’ai vu des noires, des bordeaux).
    Le diamètre est peut être un peu juste pour la descente, mais pour du carvig soutenu avec des slides, c’est parfait: un peu plus de bande de roulement que les 76, 80 ou 85, une bonne épaisseur de gomme, une glisse très saine, c’est idéal.

  9. jere dit :

    @ Bevilacqua : Merci pour l’article!!! Franchement, vu le niveau de tes connaissances et documentations en la matière, c’est réellement un honneur!!

    Un blog à recommander d’urgence!!


    jere

  10. Bevilacqua dit :

    La qualité des essais, et la clarté du compte rendu , c’est toi (ou un collectif).
    Resituer l’historique, les essais et les tentatives, mettre en regard et en relation, OK, j’essaie.
    Pousser la pratique dans ses retranchements, j’en suis moins capable.
    Honneur à toi, donc !

  11. jereerej dit :

    @ Bevilacqua : « Pousser la pratique dans ses retranchement » Ah, c’est comme ça que vous appelez les talus par chez toi?? 🙂

    En quelques sortes, on a des blogs complémentaires! 🙂

    Ce que j’aime beaucoup dans ton blog, c’est qu’on comprend d’où ce qu’on ride vient. On voit pas où ils sont passé pour nous fabriquer des roues qui durent plus longtemps, qui accrochent plus, qui roulent plus vite, etc.

    Brèfle, un peu de notre « Histoire » quoi.

    jere

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s